English French German Italian Spanish
entree.jpg ext.jpg gloriette2.jpg

                  

 

Halte sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle

 Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle est un pélerinage catholique, dont le but est le tombeau légendaire de l'apôtre saint Jacques, Jacques le Majeur, situé dans la crypte de la cathédrale de Saint- Jacques de

Compostelle en Galice (Espagne). Le pèlerinage de Compostelle compte parmi les trois plus importants pèlerinages de la Chrétienté après Jérusalem et  Rome. Mais c'est seulement après la prise de Grenade en 1492, sous le règne des Rois catholiques, Ferdinand d'Aragon et Isabelle la Catholique, que le  pape Alexandre VI (Rodrigo Borgia, pape de 1492 à 1503) a déclaré que Compostelle était, avec Rome et Jérusalem, l'un des « trois grands pèlerinages de  la  Chrétienté ». Saint-Jacques-de-Compostelle a été déclaré en 1987 premier itinéraire culturel du Conseil de l'Europe.

  Origines

 Le pélerinage est né de la découverte miraculeuse d'un tombeau faite en Galice vers l'an 800. Ce tombeau a été retrouvé par l'ermite Pelayo (ou Pelagius)  qui  avait eu une révélation dans son sommeil. Il aurait été guidé par une étoile dans le ciel, d'où une des étymologies avancées pour Compostelle : Campus  Stellae ou champ de l'étoile. Suite à cette révélation mystérieuse et après concertation, l'Église locale déclara qu'il s'agissait du tombeau de l'apôtre  Jacques,  frère de Jean l'Evangéliste et premier apôtre martyr de la chrétienté. Les premiers écrits mentionnant la prédication de Jacques en Espagne  remontent au  VIIe siècle. Ils ont été repris au XIIème siècle et incorporés au Codex Calixtinus. L'apôtre Jacques aurait quitté le Proche Orient au Ier siècle  avec pour  mission de prêcher la parole du Christ en Occident jusque dans la péninsule Ibérique. Rentré en Palestine, il fut décapité sur ordre du roi Hérode  Agrippa .  Recueillie par ses compagnons, sa dépouille fut portée dans une embarcation. Guidée par un ange, l'esquif franchit le détroit de Gibraltar avant de  s'échouer  sur les côtes de Galice.

 Théodomire, évêque d'Ira-Flavia (aujourd'hui Padron), reconnut ce tombeau comme étant celui de Saint Jacques en 835et le roi Alphonse II des Asturies y fit  édifier une église. Il faudra toutefois attendre l'année 1884 pour que le pape Léon XIII confirme de son autorité, dans la lettre apostolique Deus Omnipotens,  la  reconnaissance des reliques de saint Jacques faite par l'archevêque de Compostelle.

  Historique

 Près de 100 000 pèlerins ont demandé à recevoir la compostela pour l'année 1999 et près de 200 000 en 2004. Ils se rendent à Saint-Jacques-de-  Compostelle à pied ou à vélo, parfois à cheval.

Par ailleurs, s'il est parcouru depuis le IXème siècle par des chrétiens faisant étape dans des monastères, le pèlerinage de Saint-Jacques est également devenu une randonnée célèbre, où les marcheurs croisent les amateurs d'art roman.

Un chemin de Compostelle est bien identifié en Espagne, le Camino francés qui a été la voie de communication du Nord de l'Espagne très fréquentée après la Reconquista pour  favoriser le repeuplement des royaumes du Nord. Cette voie conduisait à Compostelle mais tous ceux qui l'ont empruntée ne sont sans doute pas allés jusqu'en Galice. Des  chemins de Saint-Jacques ont été tracés par la Fédération française de randonnée pédestre à partir du début des années 1970. Le premier exemplaire ronéoté du topo-guide du  GR 65 pour le tronçon Le Puy - Aubrac date de 1972. Ce chemin de Saint-Jacques est devenu le GR 65 sentiers de grande randonnée.

Certains pèlerins réalisent parfois le chemin inverse, après avoir atteint la Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, tandis que d'autres vont à Padron voir l'amarrage de la  barque du saint, au cap Finisterre considéré au Moyen-âge comme le bout du monde, voire à Fatima au Portugal.

 

PATRIMOINE MONDIAL UNESCO

Tout au long du Moyen Âge, Saint-Jacques-de-Compostelle fut la plus importante de toutes les destinations pour d'innombrables pèlerins venant de toute l'Europe. Pour atteindre l'Espagne, les pèlerins devaient traverser la France sur 5 grands itinéraires de chemins longs de 4 000 km.
Sur le dossier de classement à l'UNESCO présenté sous le titre général « Les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France », seuls 71 édifices ou ensembles architecturaux et 7 tronçons du GR 65, correspondant à 160 km de chemins ont été inscrits au Patrimoine mondial le 5 décembre 1998.

Parmi eux, les  22 km qui relient Faycelles à Cajarc. Cette portion du chemin recèle aussi le seul dolmen classé au patrimoine, Pech-Laglaire, à Gréalou